browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Croisière en mer de sable

Posted by on 2 juin 2013

Un pas devant l’autre. Et un autre devant l’autre.
Ce qui m’a toujours étonné avec les dromadaires, c’est la souplesse de leur marche. Avec un centre de gravité aussi haut, chargés comme des mules, ils gardent une démarche gracile. Je me suis déjà surpris à m’endormir dans ce bercement.

Pour le moment, je dois rester attentif. C’est moi le chef de caravane. En tout cas jusqu’à ce qu’on trouve le bivouac d’Ahmed.

Les six touristes belges et français qui suivent mes pas s’extasient devant l’immensité de dunes et le contraste entre le sable ocre et ce ciel bleu azur. Après toutes ces années, je ne me lasse pas de cette alchimie. Je sais qu’elle hypnotise. C’est ça la magie du désert. Le Sahara attire depuis toujours des aventuriers, explorateurs de leur conscience ou simplement de nouveaux horizons. Il n’y a aucun bruit, le sable absorbe les sons et renforce l’introspection.


Agrandir le plan

Mais ils ne se rendent pas compte que ces dunes sont des vagues mouvantes qui anéantissent tous les jalons que j’avais posés il y a quinze jours. Je dois rester concentré pour garder le bon cap.
“Stanley, on ne devait pas arriver à 18h ?
- Oui Catherine, nous y sommes presque, Inch’allah”

Je jette un coup d’oeil discret à mon GPS : 1h15 nord-est depuis le dernier point d’eau. On devrait y être.
J’arrête la caravane, je prends un air détaché et énigmatique en scrutant l’horizon l’oeil plissé. “Derrière cette dune, Catherine !”.
Si je me suis trompé, il faudra que je dise que c’était derrière l’autre dune.

La caravane se remet en route dans un dernier sursaut. Le dromadaire d’Antoine, trop fougueux, trébuche, pose un genoux à terre et se relève comme une catapulte manquant de le projeter dans le sable. Antoine rebondit sur la selle, enlace le cou du dromadaire, retombe lourdement mais saisit la poignée en cuir d’un geste assuré pour montrer qu’il maîtrise la situation.

Nous reprenons notre progression.
La dune s’efface lentement, un nouveau paysage apparaît et la tente du bivouac jaillit par miracle comme une oasis.
“Alors là, chapeau Stanley !” me lance Catherine. Je savoure mon exploit avec modestie, je n’ai pas douté un instant.

Bivouac dans les dunes de Merzouga (Maroc)

Bivouac dans les dunes de Merzouga (Maroc)

 

Ahmed s’occupe de nos montures et les mènent au puits.
Je m’amuse toujours à les entendre boire. Dans ce désert de silence, ces dromadaires peuvent ingurgiter 100 litres d’eau en 3 minutes avec le bruit d’une pompe industrielle. Ils peuvent ensuite rester sans eau pendant trois semaines.

Ahmed entrave les pattes des dromadaires pour les empêcher d’aller bivouaquer plus loin et réanime le feu.
Ce soir : tajine d’agneau aux abricots au feu de bois. Les parfums enivrent mes voyageurs et l’apéro thé à la menthe délie les langues. Le whisky berbère comme l’appelle Ahmed.
J’aime ces soirées pleines de simplicité où chacun s’ouvre à l’autre. Ces citadins n’auraient pas adressé la parole à leur voisin de palier mais ici la parole se libère et des liens particuliers se créent.

Il est déjà 22h et la nuit est tombé depuis longtemps. Certains aménagent leur sac de couchage sous la tente, d’autres s’installent sous la voute étoilée.

Au bout d’une heure, les aventuriers de la belle étoile ont compris que le chech bleu touareg que nous leur avons donné n’est pas une décoration pour touriste. Ils doivent s’emballer le visage comme des momies pour ne pas ingurgiter quelques kilos de sable durant leur sommeil… et quelques insectes trop curieux.
Certains abandonnent et nous rejoignent sous la tente.

Le lever de soleil dans le désert est un moment magique

Le lever de soleil dans le désert est un moment magique

 

5h15 : comme dans un dessin animé, le soleil sort de sa boite comme un ressort. Les couleurs du ciel sont extraordinaires et habillent les dunes. Ça ne va durer que 20 minutes.
Ils sont tous venus chercher ce moment et partent sans se concerter dans une direction opposée.

Ils ont tout compris.
La nuit n’a pas été facile, les souris ont exploré la tente toute la nuit mais mes aventuriers profitent de ce moment qu’on ne peut retranscrire en mots. Ils ont certainement mal dormi mais ils garderont ce souvenir toute leur vie.

Je suis content.

2 Responses to Croisière en mer de sable

Et vous, qu'en pensez-vous ?